Accueil > Hôpital > Histoire du Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc

Histoire du Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc

Le Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc est né - en 2003 - de la volonté de réunir, sur un même site, deux hôpitaux : Saint Joseph et Saint Luc, des établissements fondés au 19ème siècle dont l’histoire est intimement liée à celle de Lyon.

 

Hôpital Saint-Joseph

Façade Saint-Joseph

 

Fondé en 1888 par la société civile, constituée de plusieurs personnalités lyonnaises, et les autorités catholiques lyonnaises, Saint-Joseph fut inauguré le 15 novembre 1894.

Hôpital très moderne pour la fin du 19e siècle et lieu d’enseignement catholique de la médecine, il était destiné aux patients les plus pauvres et était administré par les sœurs de Saint-Vincent-de-Paul.

Situé entre les rues Jaboulay, Pasteur, Professeur Grignard et sur le site actuel de l'Université Lyon 3 , il se composait d’un grand bâtiment en forme de « U » avec deux ailes latérales et disposait d’une capacité de 120 lits.

Le bâtiment comportait 3 étages et une chapelle se trouvait au centre de l’hôpital.

  • Le coté droit du bâtiment était réservé aux hommes, le gauche aux femmes, séparés par une barrière fermée le soir.
  • Dans la partie nord du bâtiment, la chirurgie - avec une salle d’opération, des bureaux et des annexes - occupait le 1er étage. La médecine le 2ème étage, avec un laboratoire et un cabinet médical. Dans la partie sud se trouvait la cuisine et ses dépendances, ainsi que la pharmacie et son laboratoire.
  • Au 3ème étage résidait la communauté des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul.

                           Chambre de 10 lits à Saint-Joseph      La pharmacie de Saint-Joseph

 

Quelques repères :

  • 1914-1918 : l’Hôpital devint le 28ème hôpital de la Croix-Rouge, 100 lits furent alors réservés aux blessés de guerre
  • 1939 : agrandissement des deux ailes latérales portant le nombre de lits à 145
  • 3 octobre 1946 : création de l’école d’infirmières

 

1945-1985 : transformation et modernisation des structures 

  • Création de nouveaux locaux et d’un laboratoire central doté d’équipements sophistiqués
  • Rénovation des locaux opératoires et des chambres
  • Création de la Fondation Saint-Joseph (1973) 
  • Implantation d’un bloc chirurgical moderne le long de la rue Pasteur, fermant ainsi le « U »
  • Acquisition de la Clinique Saint-François d’Assises à la Croix-Rousse (1976)
  • Départ des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul remplacées par des infirmières salariées (1979)
  • Inauguration des Urgences et rénovation des services de Soins intensifs cardiologiques et de réanimation (1984)

 

                           Façade extérieure - Vue sur les blocs opératoires         Une salle du bloc opératoire à Saint-Joseph

  

 

Hôpital Saint-Luc

Hôpital Saint-Luc et Quai Claude Bernard

 

Deux médecins lyonnais, Eugène Emery et Jean-Pierre Gallavardin fondèrent l’hôpital homéopathique Saint-Luc. En décembre 1869, ils acquirent un terrain (situé sur le site actuel du Centre Hospitalier) en bordure du Rhône où s’élevait une maison de la danse « Le bal d’Apollon ». L’essentiel de la construction allait s’achever quand la guerre franco-allemande de 1870 éclata. Le bâtiment était alors utilisé comme poste de secours militaire pour les blessés.

L’hôpital Saint-Luc et son église ouvrirent finalement leurs portes en 1875.

La médecine homéopathique moderne exerçait alors son activité à la fois dans le domaine des soins et dans celui de l’enseignement.

Pour les soins, six médecins assuraient des consultations quotidiennes à l’hôpital. L’enseignement était donné dans deux écoles établies à l’hôpital et à la faculté de médecine Rockefeller et à l’école vétérinaire.

L’année 1902 marqua un tournant historique pour Saint-Luc : la chirurgie est créée pour les accidentés du travail compte tenu de l’essor industriel de la région Lyonnaise.

Après la Première Guerre mondiale de nouvelles disciplines apparurent comme la chirurgie infantile, l’urologie et la radiumthérapie.

 

                         Façade intérieure de     Eglise Saint-Luc 

Quelques repères :

  • 1908 : ouverture d’un service de radiologie
  • 1931 : agrandissement de l’hôpital avec l’inauguration du pavillon Jaboulay
  • 1952 : inauguration du centre des brulés Saint-Laurent au sein de Saint-Luc qui devint alors le premier centre de soins des Grands brûlés en Europe continentale
  • 1965 : fondation de l’association française de recherche pour la thérapie manuelle (ancêtre de la kinésithérapie) 

 

1971 1980 : nouveautés

  • Accueil de 30 000 patients chaque année par le dispensaire de l’hôpital et service d’urgence permanent assuré par 4 chirurgiens
  • Développement du département anesthésie et réanimation : composé de 7 médecins, d’une unité de soins intensifs et d’un bloc opératoire 
  • Construction d’un pavillon sur 3 étages : installation d’un nouveau Centre des brûlés et d’autres spécialités (ophtalmologie, stomatologie…) 
  • Création de 6 postes de salles de réveil, disposés à proximité du bloc opératoire, munis d’appareils de surveillance

  

                            Vue d’ensemble de Saint-Luc      Arrivée d’un blessé à Saint-Luc

  

 

La fusion des deux hôpitaux

 Fusion des deux hôpitaux

 

La restructuration de la carte hospitalière lyonnaise impose la fusion de l’hôpital Saint-Joseph et de l’hôpital Saint-Luc : les deux hôpitaux étant situés à une rue d’intervalle.

Le 1er janvier 1993 marqua l’union des deux hôpitaux.

Cette fusion entraîna une diminution du nombre de lits et des suppressions de postes.

Le site de Saint-François d’Assise, géré par l’hôpital Saint-Joseph, fut reconverti en centre de soins se suite et de rééducation.

Pour préserver l’identité des deux hôpitaux, il apparut indispensable de créer avec une nouvelle entité : le Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Un nouvel hôpital vit le jour avec une offre de soins médico-chirurgicaux plus large et une organisation des services définie selon le type de séjour du patient et non pas suivant la durée du séjour. 

                       Façade de Saint-Joseph pendant la démolition      Eglise Saint-Luc pendant la démolition   

 

Construction du nouveau Centre Hospitalier

Pose de la première pierre par Raymond Barre

 

Le nouvel hôpital devait prendre en compte les nouvelles technologies et les multiples contraintes d’intégration dans le milieu urbain.

Il devenait plus proche des Lyonnais par sa situation géographique en centre ville et par son architecture, tenant compte à la fois de la réalité de la vie de l’hôpital et de son environnement.

La pose de la première pierre eut lieu le 12 octobre 1999, lors d’une cérémonie en présence de Raymond Barre, ancien premier Ministre et Maire de Lyon à cette époque. Les travaux durèrent jusqu’en 2002.

Un concours d’artistes fut lancé pour l’habillage du bâtiment. Le projet de la plasticienne Céline Bart fut alors retenu.

L’artiste s’est appuyée sur le décor environnant pour créer l’habillage du Centre Hospitalier. Ainsi, à l’Ouest, le rouge de la façade fait référence aux tuiles des immeubles aux alentours. Au Nord, le bleu-vert est un rappel du Pont de l’Université. Au Sud, la couleur jaune pâle fait allusion aux platanes plantés devant le bâtiment. Enfin la façade Est reprend la couleur bleue du ciel.

Le nouveau bâtiment - élaboré par les architectes Didier Manhes et Charles Curtelin - s’articule autour de deux puits de lumière et d’un grand hall d’accueil, ouverts à la fois sur l’extérieur et sur les services hospitaliers.

 

                      Fondations du Centre Hospitalier              L’un des deux puits de lumière du Centre Hospitalier  

 

                                                  Nouvelle façade du Centre Hospitalier

 

Les 10 ans

En novembre 2012, des festivités furent organisées pour commémorer les 10 ans d'existence du Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Elles réunirent de nombreuses personnalités telles que Gérard Collomb (Sénateur-Maire de Lyon) et le Cardinal Philippe Barbarin (Archevêque de Lyon).

A cette occasion, le laboratoire d’arts numériques XLR Project proposa une rétrospective retraçant l’histoire du Centre Hospitalier. Pour ce faire, Nicolas Ticot, Directeur Artistique d’XLR Project s’était appuyé sur le film documentaire de Vincent Lowy : « Faites nous rêver, Histoire d’un hôpital lyonnais » et sur des images du photographe Sébastien Erôme.

Cet anniversaire fut également le moment pour le Centre Hospitalier de relancer sa signature « Au cœur de la vie, au cœur de la ville » et de créer un magazine d’actualité afin de développer la communication interne et externe.

 

                                         10 ans               Gérad Colomb aux 10 ans du Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc

                                                                             

                                                               

Partager sur